Comment sanctionner la Russie

Les forces russes ont pénétré en Ukraine mercredi 24 février au petit matin. En réaction, les États-Unis, l’Union européenne et d’autres pays ont déclaré une série de sanctions sans précédent à l’encontre de la Fédération de Russie. Les militaires européens semblent avoir rencontré une résistance plus forte que prévu, anéantissant l’espoir de Poutine d’une victoire rapide et définitive sur l’Ukraine. Des services militaires et une escalade économique sont possibles. Vous trouverez ci-dessous une analyse des sanctions actuelles, de leurs effets économiques sur la Fédération de Russie et sur le monde entier, ainsi que des opportunités et des questions pour les États-Unis. Q1 : Comment les pays ont-ils réagi financièrement à l’intrusion de la Russie ? R1 : Le 21 février, Poutine a déplacé des troupes de « maintien de la paix » dans la région de Donbas en Ukraine et a reconnu l’indépendance de deux républiques dans la région. La direction de Biden a rapidement annoncé une première tranche de sanctions, sur le modèle de celles appliquées juste après l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014. Ces sanctions prévoyaient l’interdiction d’acheter, d’exporter et d’importer des produits en provenance de vos zones séparatistes, ainsi que le blocage des sanctions imposées à certaines personnes au sein de la République populaire de Donetsk et de la République populaire de Louhansk. Le 24 février, les États-Unis ont annoncé un deuxième train de sanctions, plus puissant, en réponse à l’invasion totale de l’Ukraine par la Russie. Appliquées  » en tandem avec les partenaires et les alliés « , ces sanctions visaient les hauts responsables russes et leurs familles, les entreprises d’État et le secteur monétaire de la Russie, y compris ses deux plus grandes institutions bancaires commerciales. Le paquet prévoyait une augmentation du principe du produit immédiat international (principe FDP), précédemment utilisé pour mettre en quasi-faillite la société de télécommunications chinoise Huawei. La règle du PRD fait obstacle à l’exportation de tout article dérivé de technologies ou de logiciels américains, quel que soit son pays de production. Elle offre la possibilité de priver l’économie russe et les utilisateurs finaux militaires de systèmes critiques, comme les semi-conducteurs. Les mesures flagrantes de la Russie ont suscité une réponse unie de la part des partenaires des États-Unis dans le monde entier. L’Union européenne, le Royaume-Uni, le Canada, l’Australie, le Japon, la Corée du Sud et Taïwan ont tous déclaré leurs propres sanctions et contrôles des exportations. Une exception significative à cette liste est Israël. En dépit de son alliance étroite avec l’Amérique et de ses liens étroits avec l’Ukraine, le gouvernement de Bennett reste circonspect dans ses jugements à l’égard de Moscou, craignant qu’il ne compromette la coordination de la protection entre la Fédération de Russie et Israël en Syrie. La réaction financière de loin la plus sévère et la plus coordonnée est arrivée le week-end du 26-27 février. Cette troisième tranche de sanctions a exclu certaines banques européennes de SWIFT (le programme de messagerie financière), sanctionné l’institution financière centrale russe et déclaré l’activité d’une équipe multilatérale chargée d’identifier et de geler les ressources des hauts responsables du Kremlin, comme Poutine. Les mesures relatives à SWIFT et à l’institution financière centrale étaient auparavant considérées comme hors de question en raison du préjudice économique qu’elles pourraient causer aux pays européens. Le paiement de la Commission occidentale semble être à l’origine du mouvement en faveur de sanctions plus sévères, l’Allemagne et la France ayant abandonné leur opposition le samedi 26 février. Alors que les systèmes financiers avancés ont déjà été de plus en plus alignés dans leur réaction, certains systèmes financiers des marchés émergents ont déjà été beaucoup plus hésitants à condamner la Russie. La volaille, qui importe un tiers de son gaz naturel de la Fédération de Russie, s’est montrée réticente à appliquer des sanctions mais pourrait commencer à bloquer l’accès de certains navires de la marine européenne à l’océan Noir. Même si le Brésil a voté le 25 février pour votre qualité de l’ONU « déplorant » l’invasion européenne, le leader Bolsanaro a déclaré que le Brésil resterait neutre dans l’affrontement. L’Inde, qui entretient depuis longtemps des liens avec la Russie, a cherché à se tailler une place naturelle. Plus important encore, Pékin a souligné l’importance de « respecter la fiabilité territoriale », mais aussi de prendre en compte « les préoccupations légitimes de la Russie en matière de protection ». Q2 : Comment ces sanctions peuvent-elles être comparées aux tentatives précédentes ? A2 : Les sanctions à l’encontre de la Russie ont quelques précédents récents, mais aucune ne vise une économie aussi importante ou essentielle aux marchés mondiaux de l’énergie. L’Iran a été retiré de SWIFT à deux reprises, d’abord en 2012, puis en 2018, après que la direction de Trump se soit retirée de l’accord sur le nucléaire iranien. Les institutions bancaires de Corée du Nord ont été exclues en 2017 après qu’il a été identifié qu’elles utilisaient le système de messagerie en ligne pour contourner les sanctions. De même, les États-Unis ont précédemment sanctionné les banques centrales d’Iran, de Corée du Nord, de Syrie et du Venezuela. Les États-Unis n’ont pas encore appliqué auparavant le principe du PRD de manière aussi large, en se concentrant sur les utilisateurs finaux militaires et le climat économique de toute une nation plutôt que sur certaines entreprises. Q3 : Connaissez-vous les implications économiques pour la fédération russe ? A3 : Les sanctions imposeront des coûts énormes à l’économie de la Russie, en réussissant à la couper des capitaux internationaux, en activant une crise monétaire, une possible situation bancaire, ainsi que son plus grave choc financier depuis la crise de la dette de 1998. La Banque centrale de la Fédération de Russie (CBR) a développé ses réserves établies pour atteindre 630 milliards de dollars le mois dernier, ce qui représente le double des importations de produits russes et plus d’un autre du PIB de la Russie l’année dernière. Nombreux étaient ceux qui qualifiaient ces réserves abondantes de « forteresse de la Fédération de Russie ». Les sanctions ont démoli les murs de ce château en restreignant sévèrement la capacité de la CBR à traiter les principales devises étrangères et en coupant les banques européennes de SWIFT et de certaines transactions. Les sanctions ont réussi à rendre la plupart des fournitures de la CBR sans valeur en interdisant les transactions dans ces monnaies étrangères. Le 2 mars, le rouble européen avait chuté de plus de 30 % par rapport à l’argent avant les sanctions. Le 28 février, la CBR a plus que doublé son taux d’intérêt directeur pour le porter à 20 % afin de stabiliser le prix des échanges et a imposé une réglementation des capitaux. Les institutions bancaires européennes qui cessent d’ouvrir des comptes correspondants à l’étranger ou qui traitent avec des statuts d’obstruction pourraient ne pas bénéficier de l’aide de l’État. Les Russes feraient la queue pour retirer les dépôts des institutions financières. En date du 2 mars, la bourse européenne est fermée depuis vendredi, mais des intermédiaires étrangers ont suggéré que les titres européens avaient perdu plus de la moitié de leur valeur depuis l’intrusion. Moody’s estime que le PIB de la Russie pourrait s’accorder à 8 % cette saison, bien que ces estimations soient particulièrement incertaines aujourd’hui. En soi, cela ne peut pas avoir d’effet majeur sur le climat économique mondial, car le climat économique de la Russie représente moins de 2 % du PIB mondial.

© 2022 Alexandre 101 . Powered by WordPress. Theme by Viva Themes.