L’arithmétique difficile de l’action climatique

Le nouveau sentiment d’urgence sur le changement climatique survient à un moment où la communauté des entreprises s’engage de plus en plus à passer à un modèle de gouvernance multipartite – une transition qui créerait un espace pour des façons de faire plus respectueuses du climat. Mais le défi de créer une économie mondiale durable reste monumental.
Chaque année, le monde émet plus de 36 milliards de tonnes métriques – ou 36 gigatonnes (Gt) – de dioxyde de carbone. C’est environ 2,5 fois ce que les climatologues considèrent comme un niveau d’émissions sûr: pour empêcher les températures mondiales moyennes de dépasser de plus de 1,5 ° Celsius les niveaux préindustriels – le seuil au-delà duquel les impacts du changement climatique s’intensifieraient considérablement – nous devrions émettre simplement 14 Gt par an au cours des deux prochaines décennies. Cela se traduit par deux tonnes métriques par personne chaque année – bien moins que le taux actuel, en particulier dans le monde développé.
Des progrès sont en cours. L’Australie, le Canada et les États-Unis ont tous réduit leurs émissions par habitant depuis le début des années 2000.Mais ils ont commencé à des niveaux chez les adolescents élevés en tonnes métriques par personne, et aux États-Unis, le taux se situe toujours autour de 15 à 16 tonnes métriques. . L’Europe, qui était de l’ordre de dix tonnes il y a une décennie, a fait mieux, avec de nombreux pays avoisinant les cinq tonnes par habitant – une réalisation majeure, mais toujours plus du double du niveau cible.
De plus, même si les économies avancées ont réduit leurs émissions, les émissions mondiales totales ont continué d’augmenter – d’environ 6-7 Gt au cours des 15 dernières années. Cela met en évidence une autre dimension cruciale du défi: les économies émergentes et en développement – qui représentent environ 85 % de la population mondiale – croît, ses émissions par habitant augmentent.
Si l’économie mondiale croît de 3% ou plus au cours des prochaines années – comme le prédit le FMI, du moins à court terme – pour réduire les émissions annuelles de CO2 à 2,5 tonnes par personne au cours des 20 prochaines années, l’intensité du carbone devrait diminuer de 7,8% par an. Avec une croissance nulle, une baisse annuelle de 4,8% serait nécessaire.
Bien que cet objectif semble irréalisable, il est utile à un niveau ambitieux. Parce que la fonction de gain est continue, malgré les points de basculement et les changements semi-irréversibles de dynamique, la progression vers l’objectif sera très bénéfique, même si nous ne l’atteignons pas tout à fait.
La production mondiale de CO2 est le produit de deux ratios: l’intensité énergétique (la quantité d’énergie primaire consommée par unité de PIB) et l’intensité carbone du mix énergétique (la quantité de CO2 par unité d’énergie consommée). Cela signifie que la réduction de l’intensité énergétique de l’économie mondiale dépend de deux leviers: l’amélioration de l’efficacité énergétique et l’extension de l’utilisation des énergies propres. Il y a des raisons de croire que des gains substantiels peuvent être réalisés sur les deux fronts.
Pour commencer, les coûts des énergies renouvelables propres ont considérablement baissé. Il y a dix ans, la source d’énergie électrique la plus sale – le charbon – était également la moins chère. Les énergies renouvelables sont désormais comparables en termes de coûts et, selon de nombreuses estimations, moins chères, même sans tenir compte des effets sur l’environnement et la santé. Les pays en développement n’ont donc plus besoin de choisir entre le rapport coût-efficacité et le bien-être environnemental lorsqu’ils investissent dans les énormes nouvelles infrastructures énergétiques que leurs économies en croissance exigent.
Pour garantir que les pays en développement – qui, confrontés à une urbanisation rapide, doivent investir substantiellement dans ces infrastructures – respectent des normes d’efficacité élevées, il faudra un large accès aux technologies et aux meilleures pratiques pertinentes, ainsi qu’aux bonnes incitations et au bon financement. Les institutions financières internationales ont un rôle crucial à jouer pour créer des incitations qui attirent des capitaux privés.
De même, des gains importants peuvent être réalisés dans les transports, qui représentent actuellement environ 15% des émissions mondiales de CO2 liées à l’énergie (aux États-Unis, ce chiffre atteint 29% – légèrement plus élevé que l’électricité). des systèmes de transport en commun bien conçus et économes en énergie – peuvent grandement contribuer à réduire les émissions totales du secteur des transports.
De nombreux économistes soutiennent qu’il est essentiel d’intégrer l’intégralité des coûts marginaux des émissions de CO2 dans le tissu de nos économies pour accélérer les progrès, car cela uniformiserait les règles du jeu pour les technologies, les stratégies et les produits verts. Cela implique généralement de fixer un prix sur le carbone, soit en le taxant, soit en établissant un système de crédits de carbone échangeables.
Mais il y a de sérieux défis de mise en œuvre. Comme l’a montré le défunt économiste de l’environnement Martin Weitzman, parce que nous en savons plus sur les objectifs de quantité à atteindre que sur les coûts marginaux de leur réalisation, nous devons nous concentrer sur les premiers.
Selon cette logique, notre meilleur pari peut être un système mondial d’échange de carbone dans lequel les crédits de carbone «diminuent au fil du temps, jusqu’à ce qu’ils atteignent un objectif à long terme convenu. Il en résulterait un prix mondial du carbone uniforme qui évoluerait au fur et à mesure que les objectifs seraient resserrés, conduisant à une atténuation internationale efficace et efficiente.
Mais la mise en œuvre d’un tel système nécessiterait l’octroi de crédits ou de licences aux pays. La manière la plus équitable de le faire serait probablement sur la base des émissions par habitant, ce qui impliquerait des transferts de revenus potentiellement importants des pays à fortes émissions par habitant vers leurs homologues les moins émetteurs, ou des pays riches aux pays pauvres. Cependant, cela peut s’avérer être un obstacle insurmontable, en particulier à un moment où même de nombreux pays riches connaissent des inégalités croissantes de revenu, de richesse, d’opportunités et de sécurité économique.
Ce n’est là qu’un exemple d’un point plus large. Toutes les stratégies d’atténuation du changement climatique ont des implications distributives qui ne peuvent être négligées. Si elles ne sont pas prises en compte, de telles implications alimenteront des vents contraires persistants pour faire avancer le programme sur le changement climatique et la durabilité.
En fin de compte, bien qu’il y ait de l’énergie, un large engagement, un sentiment d’urgence accru et plusieurs tendances prometteuses, les effets combinés ne sont pas encore suffisamment puissants pour contrer la croissance économique mondiale ou pour produire (ou même prévoir) une tendance à la baisse du CO2 les émissions. Ce dernier doit se produire assez rapidement.

© 2022 Alexandre 101 . Powered by WordPress. Theme by Viva Themes.