Sortir de la complexité avec Kabir

L’approche et la réflexion devraient être concernées dans nos temps complexes. Je veux partager les pensées efficaces de Kabir. Kabir, est un saint poète indien iconoclaste vénéré par les hindous, les musulmans et les sikhs. La naissance de Kabir continue d’être entourée de secret et d’histoire. Les autorités sont en désaccord à la fois sur sa création et sur l’identité de ses parents. D’après une seule légende, sa mère était une brahmane tombée enceinte après une visite dans un sanctuaire hindou. Simplement parce qu’elle n’était pas mariée, elle a abandonné Kabir, qui a été trouvé et mis en place avec un tisserand musulman. Que son style de vie ait commencé à être musulman, cela ne fait aucun doute, mais il a ensuite été fortement affecté par un ascète hindou, Ramananda. Bien que Kabir soit souvent décrit de nos jours comme un harmonisateur d’idées et de pratiques hindoues et musulmanes, il serait plus exact de dire qu’il était également critique à l’égard des deux, les concevant fréquemment comme parallèles l’un à l’autre dans leurs méthodes mal orientées. À son avis, la pratique insensée, répétitive et orgueilleuse de déclamer les écritures pourrait également être fréquentée autour des messages texte hindous sacrés, les Vedas, ou du livre sacré islamique, le Coran ; les autorités spirituelles respectives faisant cela pourraient être des brahmanes ou des qa?is (juges) ; des rites d’initiation sans valeur pourraient se concentrer peut-être autour de la ligne sacrée ou sur la circoncision. Ce qui mesurait vraiment, pour Kabir, était la fidélité totale à la réalité unique et immortelle du mode de vie, qu’il associait également en utilisant les désignations Allah et Ram-ce dernier compris comme un terme hindou général pour le divin, pas le héros du Ramayana. Les principaux moyens de communication de masse de Kabir étaient des chansons connues sous le nom de padas et des distiques rimés (dohas) parfois appelés « mots » (shabdas) ou « témoins » (sakhis). Un certain nombre de ces couplets, et d’autres liés à Kabir en raison de sa mort, sont devenus largement utilisés par les locuteurs audio des dialectes du nord de l’Inde. Le caractère poétique de Kabir continue d’être diversement basé sur les coutumes spirituelles qui le vénèrent, et il en va de même pour son hagiographie. Pour les sikhs, il ou elle est un précurseur et un interlocuteur de Nanak, le gourou sikh fondateur (guide spirituel). Les musulmans le situent dans les lignées soufies (mystiques), ainsi que pour les hindous, il se transforme en un vaishnavite (dévot du dieu Vishnu) aux tendances universalistes. Cependant, lorsqu’on revient sur la poésie qui sera le plus fidèlement liée à Kabir, seuls deux éléments de son mode de vie semblent vraiment certains : il a résidé la majeure partie de sa vie à Banaras (aujourd’hui Varanasi) et qu’il était tisserand ( julaha), l’un des membres d’une petite caste qui était devenue en grande partie musulmane à l’époque de Kabir. Sa modeste station interpersonnelle et sa propre réaction combative envers tous ceux qui le respecteraient comme cela ont contribué à sa célébrité parmi de nombreux autres mouvements spirituels et ont aidé à former le Kabir Panth, une secte découverte dans le nord et l’Inde principale qui attire particulièrement ses associés, mais pas uniquement, des Dalits (anciennement appelés intouchables). Le Kabir Panth considère Kabir comme le principal expert en plus d’être une divinité-réalité incarnée. Le large éventail de traditions sur lesquelles Kabir a eu un effet témoigne de son immense pouvoir, même pour celles dont il a critiqué sans ménagement les valeurs et les méthodes. Dès le début, sa présence dans les anthologies de la poésie bhakti (dévotion) de l’Inde du Nord est remarquable.

© 2022 Alexandre 101 . Powered by WordPress. Theme by Viva Themes.