Pour qui adore Alger

Alger est construite autour des pentes des coteaux du Sahel, parallèles au littoral de la mer Méditerranée, et elle s’étend également sur une dizaine de kilomètres (16 km) à travers la baie d’Alger. La métropole affronte l’est et le nord et forme un immense amphithéâtre de bâtiments éblouissants de couleur blanche qui dominent le port ainsi que la baie. La ville exige son titre (arabe: «Les îles») de plusieurs petites destinations insulaires qui existaient autrefois dans la baie, dont une seule a été liée au littoral ou effacée par les performances du port. La précédente zone turque ou musulmane d’Alger est créée autour des pistes de ski supérieures dans les montagnes et a conservé beaucoup de son caractère architectural de grandes propriétés à parois vides et d’étroites avenues sinueuses. La section musulmane est dominée par la forteresse de la Kasbah (Qa? Bah), désignée site du passé historique mondial de l’UNESCO en 1992; c’était la résidence des deux derniers dys turcs, ou gouverneurs, d’Alger. Une construction bien connue dans la partie musulmane peut être la mosquée Ketchaoua, qui, avant 1962, était la cathédrale Saint-Philippe (construite en 1845-1860). La partie française d’Alger est descendue sur les pistes de ski réduites de vos montagnes, plus près du port. Ce segment comprend de nombreuses places communautaires et de grands boulevards. De nos jours, dans ce centre-ville, l’Université ou le Collège d’Alger et de nombreuses ambassades à l’étranger ainsi qu’une variété minuscule mais croissante de gratte-ciel se trouveraient. D’autres sites Web vont de l’actuel développement de la Bibliothèque nationale, l’ancien palais de l’archevêque (plus tôt le palais dans le dey), ainsi que le Palais d’hiver (anciennement le palais du gouverneur français commun). La conception a commencé en 2012 sur l’immense mosquée sophistiquée près de la baie à l’intérieur de la banlieue est de Mohammedia, dont le style comprenait un minaret d’environ 880 orteils (270 mètres) de hauteur. Alger a poursuivi sa croissance vers le sud, avec la création de nouvelles banlieues pour accueillir le débordement de population du centre-ville. Il reste principalement un quai pour l’importation de composants naturels, de marchandises industrielles et de fournitures de base avec un centre administratif et économique. Les principales exportations sont le vino, les verts et les pamplemousses très précoces, le minerai de fer et les phosphates. L’aéroport international d’Alger-Houari Boumedienne est situé dans la banlieue de Dar el-Beïda, à l’est de la métropole. En 2011, Alger a lancé sa première série de trains, couvrant 5,9 ml (9,5 km) et comprenant 10 stations.

© 2021 Alexandre 101 . Powered by WordPress. Theme by Viva Themes.