La prudence de Saussure

Philologue suisse dont les travaux ont eu un effet énorme, d’abord sur la linguistique et ensuite – depuis l’introduction du «tournant linguistique» – sur le point de vue. Saussure a affiché une curiosité limitée tout au long de sa vie, mais au cours des dernières années de son mode de vie, il a enseigné la linguistique générale à l’Université de Genève. On sait que Saussure a détruit ses notes après chaque conférence et ainsi, après sa perte de vie, restant peu d’essayer de montrer ses suggestions. Heureusement, ses conférences avaient été si extraordinaires que ses élèves ont rassemblé et rassemblé leurs informations au cours des trois années pendant lesquelles il a enseigné le programme, et les ont affichées en 1916, en tant que Cours de linguistique générale (un cours de formation généralement linguistique), généralement appelé simplement le Cours. Au sein du Cours, Saussure rejette le travail de linguistique comme n’ayant rien du tout concernant éventuellement la grammaire, la philologie ou l’étymologie. Tout à fait, il décrit le sujet correct de la recherche linguistique comme le programme d’indications employé par les gens, dont les vaisseaux de connexion peuvent être recherchés à l’intérieur de l’abstrait, ou alors qu’il prétend «synchroniquement» au lieu de «diachroniquement», en termes simples, sans référence à l’exécution traditionnelle particulière de ce vocabulaire. Le véritable sujet de la recherche linguistique, déclare Saussure, n’est pas la production linguistique de pratiquement n’importe quel individu, mais la compréhension distribuée d’une communauté locale de clients linguistiques. Saussure nous informe «  Vous pouvez évoquer un concept très précis du produit – et donc mettre en place le vocabulaire, pour ainsi dire, matériellement devant vous – en se concentrant sur ce qui est probablement dans l’esprit d’une collection de personnes (appartenant à une ainsi que la même communauté locale) même lorsqu’ils sont au lit; nous pourrions dire que dans chacune de ces têtes se trouve définitivement le produit entier dont nous contactons la langue ». Il poursuit: «Les mots, par la suite, sont assez indépendants dans le personnel; ce ne peut pas être une introduction du patient, c’est en fait fondamentalement social; cela suppose la collectivité. »Saussure conçoit les mots comme« un système de signes », mais cela demande toujours un sens de« signe ». Saussure le fournit comme le rassemblement d’une phrase à l’aide d’une stratégie. Chaque fois qu’un signal est utilisé dans la boîte de dialogue, il présente un résultat à deux effondrements. Il y a le modèle physique réel – le signifiant – créé par la vocalisation et obtenu par le cerveau humain ou le cerveau – et il y a un concept ou un concept – le signifié – l’indication est courte. Ils sont tous deux «déposés dans l’esprit» en tant qu’effets d’une seule et même célébration du discours. Saussure mesure la différence entre la langue et la libération conditionnelle comme celle qui existe entre la notation d’une pièce audio ainsi que certaines performances de celle-ci. Cela dit, Saussure a également considéré que l’on pouvait analyser le vocabulaire simplement en observant les relations internes entre les indicateurs, en analysant la «langue». La fonction d’un signe dans la «langue» est identifiée non pas en considérant son contenu ou sa bonne contribution, mais simplement par ses variations par rapport à de nombreuses autres indications au sein de la méthode. Par conséquent, par exemple, la voyelle qui sonne dans les signifiants «Marie», «se marier» et «joyeux» ne peut être reconnue qu’en les contrastant les uns avec les autres. De même, les idées exprimées par le «masculin» signifié doivent être au lieu de «féminines»: un seul ne peut pas prédire à la fois exactement le même sujet en même temps, etc.

© 2020 Alexandre 101 . Powered by WordPress. Theme by Viva Themes.