Crise humanitaire au Soudan

Attendez-vous à ce que la démocratie au Soudan soit suspendue à une ligne. Le 3 juin, les généraux qui travaillaient pour ce qui était censé être une direction intérimaire ont déclenché des facteurs paramilitaires lors d’un séjour tranquille à Khartoum, tuant au moins 60 personnes. La répression dans d’autres zones a amélioré le bilan. Les généraux ont déclaré qu’ils éliminaient les contrats de transition vers la démocratie qui avaient été négociés avec les manifestants qui avaient aidé à faire tomber le dictateur Omar al-Bashir en avril. Alternativement, les autorités des forces armées de transition ont déclaré vouloir maintenir des élections dans les neuf prochains mois. L’invasion brutale démontre que les généraux ne peuvent pas être respectés pour superviser cette technique. La planète a déjà remarqué cette vidéo. Les assassinats à Khartoum n’auraient peut-être pas correspondu à la portée du massacre de manifestants au Caire en 2013, qui aurait probablement fait plus de 1 000 morts, mais les parallèles sont trop clairs: une autre élite des forces armées exerce une pression meurtrière pour tenter d’obtenir soutenir la zone gouvernementale gagnée par le biais d’une motion de maître-démocratie. Le Conseiller américain pour la Protection fédérale, John Bolton, était capable de condamner les meurtres comme étant « odieux ». L’extrême-Orient et la fédération de Russie ont bloqué toute tentative de les dénoncer avec l’U. N. Autorité de protection – mais les États-Unis et l’Union européenne peuvent toujours organiser leurs efforts pour obtenir le retour de la frontière soudanaise à la démocratie. Les États-Unis et l’UE devraient commencer par exiger que ces généraux cèdent, et ils doivent également exiger que les personnes impliquées dans les coups de feu soient traduites en justice. Ils doivent s’opposer à la décision des généraux de prendre le pouvoir par le biais d’élections, qui sont probablement censées vous laisser le temps de consolider le pouvoir et de relâcher le mouvement en faveur de la démocratie. Au lieu de cela, ils devraient insister sur une autorité de transition gérée par des civils. Les manifestations qui ont déprimé Béchir ont permis de réunir un large éventail d’hommes et de femmes, allant des politiciens aux avocats, en passant par des militants et des étudiants; Le Soudan n’est pas déficient pour les civils qui sont en mesure de contrôler ce type de transition. Les États-Unis et les pays européens doivent rester prêts à les soutenir et, à un moment donné, à assister aux élections du même niveau que celles observées à l’échelle mondiale. La direction du conseil de l’armée doit être partagée, car ce dysfonctionnement potentiel pourrait conduire à des sanctions pour les violations des droits propres aux personnes ainsi que pour d’autres infractions, notamment les accusations de sanction en vertu de la loi Magnitsky. Lorsque les troupes rendent pacifiquement leur caserne, il faut leur faire preuve de clémence dans toute élection de journal tenant compte de leurs habitudes sous le règne de Bashir et ses conséquences.

© 2020 Alexandre 101 . Powered by WordPress. Theme by Viva Themes.