Piloter un avion, c’est facile

S’il y a bien un cadeau improbable que j’ai reçu du père Noël une initiation au pilotage d’avion. Le cadeau folklorique d’un couple d’amis qu’il me tardait d’utiliser. Trois jours après, j’ai appelé pour réserver une date ! Et c’est ainsi que, dimanche dernier, je me suis rendu à l’aérodrome avec mes amis pour m’envoyer en l’air. Nous avons été accueilllis par Matthieu, un pilote de ligne qui allait être mon co-pilote. Après qu’il nous ait briefé, puis nous avons rejoint l’appareil et je me suis installé aux commandes. L’avion disposait de quatre places, ce qui fait que ma moitié a pu participer au vol en tant que passagère. A la base, mon instructeur allait s’occuper du décollage et de l’atterrissage, vu que ce sont des phases plutôt délicates. Mais ne devais pas avoir l’air assez stressé à son goût, parce qu’il a décidé que je pouvais m’en sortir seul ! Ce n’était pas réellement dangereux, étant donné que notre avion était conçu pour former les pilotes : les commandes étaient donc doublées. Jean-Marc pouvait ainsi réparer mes erreurs au moindre problème. Le décollage s’est avéré assez simple, en fait. Quand l’appareil a atteint une certaine vitesse, il faut juste tirer délicatement sur le manche vers soi, et le bleu envahit la vue. Et une fois là-haut, c’est encore plus facile. Comme je l’ai découvert là-haut, les petits appareils ont exceptionnellement une bonne maniabilité. D’une certaine façon, c’est plus simple à piloter qu’une voiture ! Là-haut, il faut prendre en compte une nouvelle dimension, mais dans le même temps, il n’y a en même temps pas d’obstacle ni de circulation. A tel point qu’on peut obtenir son PPL avant même d’avoir l’âge pour avoir le permis de conduire ! Cela dit, piloter exige tout de même de rester concentré à tout moment. Si l’appareil est certes maniable, mais son faible poids fait que la moindre bourrasque suffit à le faire ballotter. Il faut donc corriger le tir avec le manche. Mais bon, ce n’est pas bien compliqué. La seule partie délicate, finalement, a été l’atterrissage. Mais même là, Jérémy s’est contenté de me m’indiquer quoi faire, flegmatique. Au final, j’ai vraiment apprécié cette petite initiation au pilotage d’avion. Consultez notre page d’accueil pour en savoir plus sur bapteme en avion. Et au-dessus de cette nature, la vue est en outre ravissante. Un grand merci pour cette expérience, en tout cas !

© 2019 Alexandre 101 . Powered by WordPress. Theme by Viva Themes.